top of page
Rechercher

MEETING #5 - Barcelone (15-16 septembre 2023)

Dernière mise à jour : 8 nov. 2023


Les absents ont eu tort !


Cette année, les courses “joker” du Porsche Sprint Challenge France se déroulaient en ouverture des 24 Heures de Barcelone, un tracé qui a impressionné tous les pilotes présents, à la fois par ses courbes prises à haute vitesse, mais aussi par ses virages aveugles où la bonne trajectoire se révèle après avoir plongé vers la corde.

Certains pilotes avaient choisi de s’inscrire pour les essais libres facultatifs du jeudi et ils ont apprécié de pouvoir bénéficier de ces 4 heures de roulage sur piste sèche pour découvrir le tracé car l’après-midi du vendredi a été particulièrement pluvieuse au point que les organisateurs des 24 Heures ont été contraints d’annuler une partie des essais, le tracé catalan étant devenu temporairement impraticable.

A ce moment-là, les pilotes du Porsche Sprint Challenge France avaient déjà réalisé leurs essais qualificatifs pour la course du vendredi avec une grille inhabituelle, certains pilotes se sentant très à l’aise sous la pluie, d’autres non.


C’est ainsi que Grégory Rasse (992 - Team Rasse) signait la pole position devant un Jean-Charles Carminati (718 – Riviera Motorsport) très à l’aise, 2 centièmes devant un Dimitri Verza (718 – CG Motorsport) presque aussi rapide que son compère sous la pluie.

Si la pluie avait cessé au moment du départ, celui-ci était néanmoins donné sous safety car car la course s’élançait de nuit sur une piste bien humide. Quelques pilotes se montraient inquiets au moment de s’élancer, n’ayant jamais roulé de nuit sur ce tracé, à l’arrivée, tous s’étaient régalé et aucun incident en piste n’avait été à déplorer en dehors de l’abandon de Denis Papin (992 – Racing Technology) en raison d’une surchauffe moteur. Gregory Rasse se montrait impérial, remportant la course avec plus de 25 secondes d’avance sur Jordan Boisson (992 – TFT Racing), auteur d’une belle remonté puisqu’il s’était élancé de la onzième place sur la grille. Olivier Rabot (R – 911 Impact) remportait le groupe R et montait sur la troisième marche du podium, juste devant Jean-Charles Carminati qui remportait le groupe 718. En 991, Yves Godard (991-2 – Team 52) se classait cinquième et premier de sa catégorie alors que Pierre Vassallo (991-1 – IMSA LS Group Performance) terminait septième et premier des 991-1.

Le samedi matin, la piste était encore partiellement humide et tous préféraient partir en pneus pluie pour la qualification de la seconde course. Cyril Caillo (992 – Racing Technology) se montrait intraitable en signant la pole position avec plus d’une seconde d’avance sur Grégory Rasse, Olivier Rabot complétant le tiercé qualificatif. Sur une piste dont la trajectoire s’asséchait rapidement, les pilotes des Cayman ne pouvaient compenser le déficit de puissance de leurs voiture et Julien Goujat (718 – Riviera Motorsport) ne pouvait faire mieux que treizième.


Pour les quatre premiers, le déroulement de la course était limpide puisqu’ils conservaient leurs position initiale, Yves Godard, quatrième, remportant le groupe 991-2. Derrière eux, c’était beaucoup plus animé avec Pierre Murer (991-2 – Murer racing) qui partait en tête-à-queue dans le premier tour, repartait dernier et entamait une remontée qui le conduisait à la huitième place à l’arrivée. Il devançait Marc Vanwysberghe (991-1 – 911 Impact) qui remportait son groupe. Onzième, Dimitri Verza remportait la catégorie 718, aidé par l’abandon de Julien Goujat, tombé en panne d’essence dans le dernier tour, tout comme Pierre Vassallo, le rythme ayant été nettement plus soutenu qu’anticipé par certains teams managers…






28 vues0 commentaire

Comments


bottom of page